La Basse cour

Grands amateurs de déchets de cuisine ou de maraîchage, les animaux de la basse cour nous aident à recycler les restes de repas ou de marché tout en nous fournissant des oeufs toute l'année. Nous avons choisi des races de poules rustiques et imposantes qui produisent certes moins d'oeufs mais sont plus résistantes aux maladies et prédateurs et donnent de délicieux poulets.

 

Le cheptel s'élèvent à un coq, "Hitch", une quinzaine de poules pondeuses, 3 canards coureurs Indiens, un couple d'oies de guinée et leurs futurs petits et notre mascotte "Canard", un canard colvert couvé par une poule et élevé au biberon qui a quelques problèmes de personnalité.

 

Chacun a son petit prénom et son caractère...

 

A cela s'ajoute une quinzaine de poulets et de pintades, ainsi qu'un couple de lapins.

Nos milliers de petites ouvrières

Fervents partisans de la protection de la biodiversité, nous nous sentons très concernés par la disparition des abeilles. Notre première ruche a donc pris place dans le boisement d'acacias au printemps 2013. Nous espérons agrandir le rucher jusqu'à 5 à 6 ruches dans les années qui viennent.

 

Trois raisons nous ont poussé à adopter ces précieuses alliées :

1 - Participer à la sauvegarde de l'abeille noire, espèce originelle de France

2 - Assurer la pollinisation de nos productions

3 - Produire du bon miel de chez nous

 

 

Notre percheron, Cyclone

Nouveau venu à la ferme, Cyclone, jeune percheron de 1 an est arrivé au mois d'avril 2013. Joueur, câlin et farceur, il est né à seulement 2 km d'ici, élevé par un passionné de chevaux de trait. Tondeuse écologique des plus efficace, il nous fournit généreusement un précieux crottin qui alimentera les cultures une fois composté.

 

Cyclone est destiné à devenir notre compagnon de travail, il sera amené à butter les pommes de terre, biner la vigne, griffer entre les rangs de choux... mais il est pour l'instant un peu trop foufou pour qu'on lui laisse mettre ses gros sabots dans les cultures. 

 

Son apprentissage débutera dans quelques mois...

Nos trois raticides ...

Bien que l'utilisation de raticides soit autorisés en AB, nous nous y refusons catégoriquement, ceux-ci s'accumulent dans la chaîne alimentaire et ont un impact direct sur leurs prédateurs, en particulier les rapaces. Ils sont notamment responsable du déclin du milan royal dans nos régions.

 

A cela nous préférons largement faire de ces prédateurs nos alliés, en adoptant et en éduquant 3 chats (+ 2 squatteurs dehors), mais également en aménageant le terrain pour qu'il propose de bons miradors pour les rapaces ou en laissant des coins de broussailles dans les bois pour favoriser les prédateurs terrestres.

 

C'est pour cela que nous avons choisi de conserver la ligne électrique qui traverse nos parcelles, elle accueille régulièrement buses et faucon crécerelle. De nombreux piquets sont disséminés ici et là destinés au même usage.

 

Lors de pics de populations, ou dans les endroits sensibles type serre aux plants ou réserve de courges et pomme de terre, nous complétons le traval par de petites tapettes.

 

Jusqu'à maintenant les résultats de cette lutte sont satisfaisants.